Site icon Le miroir de l'âme

Notre parcours sacré – partie 4

Photo de Wallace Chuck sur Pexels.com

Notre temps de séparation était arrivé à sa fin, j’allais enfin te revoir. Tu ne me manquais pas, mais je me réjouissais de revoir ton visage. Ce visage si lumineux, si plein de vie que j’aime tant. Je pensais que nous allions nous retrouver et nous sauter dans les bras, comme une sorte de délivrance. Je me faisais des scénarios dans ma tête et j’avais pour seule envie que cela se produise dans la matière. Je voulais que tu me prennes dans les bras et que tu me dises que tu ne me lâcherais plus jamais, je voulais que tu m’avoues ce que tu ressentais au plus profond de toi.

Plus notre lien se concrétisait dans la matière plus je sentais quand tu ne me disais pas les choses, je savais que tu te mentais à toi-même et j’étais convaincue que ce moment serait le bon, que tu te réveillerais.

On passa un moment ensemble, mais je sentis que tu n’étais pas comme d’habitude… il y avait quelque chose de bizarre, toi qui était si heureux lorsque nous étions ensemble, toi qui multipliait les marques d’affections, je sentais que tu me cachais quelque chose. Au début je m’étais dit que tu t’en voulais peut-être encore du comportement que tu avais eu avec moi avant les vacances, mais ce n’était pas ça.

Pendant cette première semaine, je reçus également des messages de mes guides sur notre mission de vie, sur ce qui nous attendait, sur ce qu’on était invité à accomplir ensemble. Je savais que tu serais prêt à entendre tout ce que j’avais à te dire, alors c’est ce que je fis. Je te raconta que nous allions en venir en aide à des enfants, que nous voyagerions à travers le monde, tout en t’expliquant qu’il s’agissait d’une possibilité parmi tant d’autres. Pendant ce récit, je sentis que tu n’étais pas réceptif comme tu l’étais habituellement, cette même sensation que j’avais eu lorsque nous étions ensemble revenait, tu étais distant, pas toi-même, pas l’homme que je connaissais… Soudain au beau milieu de la conversation tu me dis les pires mots qui puissent exister ; Je dois te parler de quelque chose.

Je sentis mon être se décomposer, car je savais ce que tu allais me dire.

Tu m’annonças que tu voyais quelqu’un, que tu étais invité par tes proches à penser d’avantage au mariage et à trouver une stabilité dans ta vie sentimentale. Que toi et moi ça ne se ferait jamais, qu’on était pas fait pour être ensemble, que tu ne pouvais pas m’offrir ce que j’attendais de toi. Qu’on avait pas la même éducation, pas la même culture. Ce qui est fou c’est qu’au tout début de notre reconnexion, tu étais toi et tu m’avais tout le contraire de ce que contenait ce message. J’ai donc su que tu me parlais à travers ton ego, à travers tes peurs, à travers les mots et pensées d’autres personnes.

De toutes les sensations que j’ai eu à vivre sur cette terre et dans cette vie, ce fut la pire de toutes. Mon monde s’écroula, toute la stabilité et la sérénité que j’avais enfin réussie à trouver, tout parti en éclat.

Nous n’étions pas ensemble au sens officiel, mais tout ce qu’on partageait ensemble… nos âmes étaient engagées l’une vers l’autre. C’est comme si j’avais l’impression de ne pas véritablement te connaître, comment toi, toi qui est mon double, toi qui est moi, toi qui sait qui je suis, toi qui m’aime et m’accepte comme personne ne l’avait encore fait, comment tu pouvais me faire autant de mal ? Comment tu avais pu me trahir de la sorte ?

Malgré tous les sentiments qui me traversaient j’étais parvenue à rester dans l’amour inconditionnel, à rester dans ma vérité, et dans mon authenticité, je t’ai déballé tout ce que je ressentais, tout l’amour que j’avais pour toi, je ne l’avais pas fait pour tenter de te récupérer mais parce que tous ces sentiments que je gardais en moi depuis si longtemps devaient être exprimés au grand jour. Je savais que c’était ce que tu avais à expérimenter, et que tu avais des choses à comprendre par toi-même, mais ça n’enlevait rien à ma douleur.

Un gros nœud s’était formé en moi, ma gorge était nouée, je tremblais, j’avais du mal à respirer, cet état dura 2 jours… les 2 pires jours de ma vie, j’étais dans une colère noire, j’en étais même venue à t’insulter dans mes rêves, tellement tu m’avais fait du mal.

Rapidement et grâce à mes amies, j’ai compris qu’il s’agissait d’un nœud karmique qui était en train de se libérer, sur le coup je l’avais totalement oublié, tellement j’étais dominée par ma douleur et par tes paroles qui revenaient en boucle dans ma tête.

Un nœud karmique est un nœud qui se forme dans nos vies antérieures lorsque nous tentons de nous réunir et que pour une raison extérieure à notre couple nous n’y parvenons pas. Dans cette vie nous allons revivre tous nos nœuds karmiques pour nous permettre de les libérer et enfin vivre sereinement notre union.

Six mois auparavant, j’avais eu accès à une de nos vies antérieures, nous vivions ensemble et nous voulions nous marier, cependant nous en avions été empêché, en effet, j’étais guérisseuse et ta famille ne l’accepta pas du tout. Nous avons été forcé de nous séparer, je refis ma vie avec un autre homme avec lequel je me maria, et c’est à ce moment-là que la blessure de trahison s’est créé en toi.

Dans cette incarnation, c’est mon rôle de nous libérer de ces schémas, raison pour laquelle c’est moi qui les revit.

En quelques jours, et je ne sais de quelle manière, je réussis à passer d’une colère noire à un pardon inconditionnel. Notre lien d’amour a refait surface rapidement et je ne t’en voulais plus. Honnêtement je ne pensais pas en être capable, car c’est bien la pire chose que tu pouvais me faire. Je réalisa que j’étais bien plus forte que ce que je pensais, et que je parviendrais à surmonter n’importe quel obstacle.

Merci à toi d’avoir réveillé cette blessure de trahison, car grâce à cela j’ai réussi à nous en libérer.

Je t’aime.

A suivre ….

Quitter la version mobile